Un choix éclairé pour son vitrage

Comprendre l’importance du vitrage

Quel est le rôle du vitrage dans la performance énergétique de l’habitat ?

Le vitrage d’une fenêtre permet de se protéger du froid l’hiver, de la chaleur du soleil l’été, du bruit, de vivre en sécurité et de préserver son intimité…

En d’autres termes : la façade d’une habitation permet son isolation thermique et phonique ainsi que ses apports en lumière naturelle. La paroi vitrée possède un rôle clé dans la consommation d’énergie et le confort de l’habitat : elle influe sur les besoins de chauffage, de climatisation et d’éclairage artificiel.

 

De quoi est constitué le double vitrage d’une fenêtre ?

Un double vitrage comprend deux verres séparés par un espace d’air d'épaisseur variable, aussi appelé intercalaire. Généralement, chaque vitrage fait 4mm avec un espace de 16mm, traditionnellement appelé « vitrage 4/16/4 ». L’ensemble est totalement étanche et s’insère parfaitement dans une menuiserie.
L’intercalaire peut-être rempli d'air ou d'autres gazs pour améliorer sa performance thermique. Par exemple, il peut être rempli de gaz argon : un gaz noble qui améliore considérablement l’isolation thermique, sans incidence sur les performances acoustiques.

Le simple vitrage est lui composé d’une seule lame de verre qui peut varier en épaisseur, on le trouve généralement en épaisseur de 4 à 6mm d’épaisseur.
Le triple vitrage est constitué de trois verres séparés avec deux espaces d’air, par exemple : 4/18/4/18/4.

Quelle est la numérotation des faces du vitrage ?

verres à couche - les couches d'un vitrage

 

Pour un double vitrage, la numérotation du vitrage démarre à l’extérieur avec la face 1, l’intérieur de ce verre est la face 2. Le deuxième verre comprend la face 3 et 4 : la face 4 correspond à la face située à l’intérieur de l’habitat.

 

 

 

 

 

 

A quoi correspond le traitement d'un vitrage ?

Chaque face peut recevoir un "traitement" qui répond à différents besoins :

  • esthétique
  • sécurité
  • intimité
  • silence
  • entretien

On parle de traitement lorsqu'un matériau est déposé sur le vitrage. On parle d'impression lorsque le vitrage est volontairement travaillé pour obtenir un effet visuel (par exemple : satinovo, delta, polar...). De nombreuses impressions sont possibles et les techniques très larges : impression, dépoli, sérigraphie.
On peut également faire entrer un composant à la cuisson du vitrage. Dans ce cas, le procédé est quasiment inaltérable et on ne parle plus de traitement (par exemple : bioclean).

Les verres à couche

Qu’est-ce que la couche d’un vitrage ?

Les verres à couches sont revêtus d’une couche mince pour optimiser les performances : vitrage anti reflet, vitrage anti-incendie… La couche d’un vitrage peut être constituée de plusieurs sous-couches successives afin d’obtenir un vitrage fonctionnel et « parfait ». On compte jusqu’à 20 couches sur certains vitrages.

 

Zoom sur la couche à faible émissivité :

Le vitrage à basse émissivité laisse échapper 4% de la chaleur qu’il reçoit, contre 84% pour un vitrage standard. C’est une véritable barrière contre les déperditions de chaleur en hiver !
Concernant le confort d’été : il réduit le rayonnement des éléments extérieurs comme la chaussée ou les voitures afin d’empêcher la chaleur de pénétrer dans l’habitation.
La couche à faible émissivité (ou vitrage Low E) est une fine couche d’oxyde métallique invisible sur la surface intérieur de la vitre côté intérieur, dans le cas d’un double vitrage.
S'il filtre environ 5 à 10% de lumière par rapport à un vitrage classique, il permet une bonne transmission lumineuse.

C’est le verre en position 3 qui porte la couche basse émissivité

couche-vitrage-face3-faible-emissivite

 

Zoom sur la couche solaire :

Afin d’éviter la surchauffe de vos espaces de vie en été, le vitrage avec une couche solaire permet de bloquer jusqu’à 80% de la chaleur du soleil tout en laissant passer la lumière.
La couche solaire réfléchit les infrarouges du rayonnement solaire vers l’extérieur afin de limiter les entrées de chaleur. C'est un vrai plus pour conserver un confort d'été optimal !
La couche solaire est également intéressante en terme d'économies d'énergie : elle dispense d'une installation de climatisation.
Ce vitrage est particulièrement recommandé pour les grands vitrages orientés face au soleil (sud ou ouest) : baie vitrée, véranda…

C’est le verre en position 2 qui porte la couche solaire

 

Zoom sur couche auto nettoyante / entretien facile :

Un composant est injecté à la cuisson du verre, ce procédé permet de détruire les impuretés et faciliter leur évacuation avec la pluie. La couche auto nettoyante est photocatalytique et hydrophile : elle utilise la double action des UV et de l’eau.
Ce type de vitrage est très performant lorsque l’on alterne les jours de soleil et de pluie. La couche auto nettoyante garantit un vrai grain de temps grâce à un entretien facile : la saleté adhère moins au verre et est évacuée par l’eau de pluie. En cas d’absence de pluie, une pulvérisation d’eau suffit à éliminer les saletés.
Fini la corvée des vitres tous les mois : un nettoyage deux fois par an suffit à leur entretien.
Ce vitrage est idéal pour les environnements pollués : zone urbaine, zone industrielle, zone aéroportuaire…

C’est le verre en position 1 qui porte la couche autonettoyante.

L’isolation thermique : quels indicateurs prendre en compte ?

Comment choisir son vitrage ?

Le vitrage doit répondre à un certain nombre de normes et réglementations : performances énergétiques, confort acoustique, sécurité incendie, …

Choisissez votre vitrage selon les performances souhaitées :

  • Thermique : minimiser la sensation de paroi froide
  • Acoustique : atténuer les nuisances sonores extérieures
  • Sécurité : retarder d’éventuelles effractions
  • Nettoyage : faciliter l’entretien de la menuiserie avec un verre traité
  • Lumière naturelle : réduire les besoins en éclairage artificiel

D’autres critères sont à prendre en compte comme le type de bâtiment ou la région d’installation.

 

L’apport solaire : valeur g

Le flux entrant correspond aux apports solaires traversant le vitrage, on l’appelle « Facteur solaire g ». Plus la valeur est élevée, plus le vitrage capte l’énergie solaire qui permet de chauffer naturellement l’intérieur de l’habitat. La valeur g s’étend de 0 à 1, un vitrage 0.65g laissera alors passer 65% de l’énergie reçue du soleil pour chauffer l’intérieur de l’habitat.

 

Coefficient de transmission thermique U et Uw :

Le flux sortant correspond aux déperditions thermiques, on l’appelle « Valeur U ». Celle-ci doit être la plus petite possible. Il exprime la capacité d’isolation du vitrage face aux déperditions thermiques. Plus sa valeur est basse, meilleure sera l’isolation.

 

On distingue la valeur U qui concerne uniquement le vitrage, de la valeur Uw qui combine les valeurs U du vitrage, du cadre et de l’intercalaire – le « w » faisant référence à « window », la fenêtre.

 

Performances moyennes constatées de la fenêtre équipée de son vitrage (exprimé en Uw) :
Simple vitrage : 6 W/m².K
Double vitrage avec de l’air : 2.8 W/m².K
Double vitrage avec du gaz argon : 1.4 W/m².K
Triple vitrage : 0.9 W/m².K

 

Le vitrage idéal : petit U et grand g :

Une fenêtre située sur la façade sud, on privilégiera une meilleure valeur g ; là où une fenêtre placée au nord donnera la priorité à une faible valeur U.

fenetre-vitrage-coefficient-thermique